Prendre un rendez-vous

Veuillez sélectionner un formulaire valide

Mieux comprendre les douleurs au nerf sciatique


Nerf sciatique

Contrairement à l’expression populaire voulant qu’une douleur au nerf sciatique relève d’un nerf coincé, en réalité, il est plus exact de dire que ce dernier est sensibilisé. En termes médicaux, on parle de sciatalgie pour désigner ce problème.

Le nerf sciatique est le plus long nerf du corps humain. Prenant naissance au bas du dos et descendant dans chaque jambe, il se divise en plusieurs branches à partir de la hanche pour se rendre jusqu’au bout des orteils. Cela explique que lors d’une sciatalgie, des engourdissements ou une impression de « choc électrique »  et de douleur, peuvent être ressentis au bas du dos et aussi tout le long du trajet du nerf sciatique (région lombaire, fesse, cuisse, mollet et les symptômes peuvent même se rendre jusqu’aux orteils !).

Qu’est-ce que le nerf sciatique?

Le nerf sciatique prend naissance au niveau des deux dernières vertèbres lombaires (L4 et L5) et deux deux premier niveau du sacrum (S1 et S2). Ce sont donc les racines nerveuses L4-L5-S1-S2 qui forment le nerf sciatique. Il y a un nerf sciatique pour chacune de vos jambes et son trajet est de la région lombaire, en passant dans la fesse, à l’arrière de votre cuisse, derrière le mollet et jusqu’au bout de vos orteils.

Son rôle est d’innerver (de donner l’électricité) à tous les tissus qui sont à l’arrière de votre jambe jusqu’au bout de votre pied. Le nerf sciatique est un nerf à la fois sensitif (qui permet de “ressentir” les sensations du toucher et de la température via les terminaison nerveuse de la peau, des fascias, des muscles et des os) et moteur (qui permet de faire activer les muscles et ainsi créer le mouvement).

Douleur au nerf sciatique: quelle est la cause ?

Il importe de savoir que la sciatalgie est généralement un symptôme d’un autre problème sous-jacent.

Le plus souvent (dans 85% des cas), la sensibilisation du nerf sciatique sera attribuable à une hernie discale. En effet, en raison d’efforts physiques répétés (soulèvement d’objets en position penchée vers l’avant par exemple) et/ou de postures inadéquates adoptées de façon prolongée, il arrive qu’un disque intervertébral soit blessé et crée un bombement ou une hernie discale.

Lors d’une hernie, le noyau central du disque peut alors faire éruption à l’extérieur de son anneau fibreux et faire pression sur la racine nerveuse qui passe près du disque. Cette compression engendre une réaction inflammatoire et une sensibilisation de la racine nerveuse et les symptômes peuvent alors être ressentis à différents endroits tout le long du trajet du nerf sciatique. 

L’arthrose lombaire  peut également être la cause d’une sciatalgie. L’arthrose est un phénomène qui est normal avec l’âge et auquel personne n’échappe. L’arthrose lombaire, c’est lorsque le cartilage entre les articulations des vertèbres lombaires s’use, ce qui amène un rétrécissement de l’espace (trou de conjugaison) dans lequel la racine nerveuse passe. On parle alors de “sténose” lorsqu’il y a une diminution de l’espace dans le trou de conjugaison (trou de conjugaison: tunnel osseux entre deux vertèbres dans lequel passe la racine nerveuse). De petites pointes osseuses (qu’on appelle ostéophytes), liées à la dégénérescence cartilagineuse, peuvent aussi se former. Ces excroissances peuvent elles aussi comprimer la racine nerveuse et générer de la douleur et/ou des paresthésies (engourdissements et/ou picotements) le long du trajet du nerf sciatique

Une cause musculaire/myofasciale est possible, mais rarement la cause principale, d’une sciatalgie. Le syndrome du piriforme a longtemps été diagnostiqué comme cause possible d’une sciatalgie (piriforme: petit muscle en profondeur dans la fesse), mais il est désormais plus adéquat d’utiliser le terme “syndrome fessier profond” pour décrire cette cause musculaire/myofasciale à la sciatalgie. En effet, il n’y a pas seulement le muscle piriforme qui est en profondeur dans la fesse et qui peut sensibiliser le nerf sciatique lors de son passage, il y en a aussi cinq autres ! Lorsqu’un ou certains de ces muscles profonds de la fesse deviennent  tendus, suite à certains mouvements répétés ou suite à l’adoption de mauvaises postures, le nerf sciatique peut en être affecté, puisque le nerf sciatique passe tout près et même entre certains de ces muscles. 

Nerf sciatique

Symptômes d’une sciatalgie 

Lors d’une sciatalgie, le symptôme principal est habituellement la douleur. La douleur peut être à la région lombaire, mais elle est aussi fréquemment et même parfois pire dans la jambe. Classiquement, la douleur sera accompagnée de paresthésies (engourdissements et/ou picotements) à la jambe et/ou au pied. Une perte de force et d’endurance dans la jambe est souvent présente. Une sensation de raideur/perte de souplesse à l’arrière de la jambe est aussi possible.

À noter que les symptômes peuvent être ressentis tout le long du trajet du nerf sciatique (région lombaire, fesse, cuisse, mollet et les symptômes peuvent même se rendre jusqu’aux orteils !).

Comment reconnaître une sciatalgie ?

Les principaux signes et symptômes d’une sciatalgie sont:

  • Douleur lombaire qui irradie habituellement plus bas que le genou
  • Présences de paresthésies (engourdissements et/ou picotements) dans la jambe 
  • Augmentation des symptômes à la position assise prolongées
  • Douleur qui augmente à l’étirement du nerf sciatique (ex: lorsqu’on est assis et que la jambe est allongée)

Quel est le meilleur traitement pour le nerf sciatique?

Idéalement, les personnes souffrant de sciatalgie devraient opter pour des traitements diminuant à la fois la douleur, tout en permettant d’améliorer la mobilité et la force de leur dos.

Dans cette optique, la physiothérapie est tout indiquée pour le traitement de votre sciatalgie. Via un programme complet et personnalisé, le physiothérapeute vous guide et vous accompagne, afin de:

  • diminuer vos douleurs; 
  • améliorer la musculature lombo-pelvienne (incluant les abdominaux, les muscles du bas du dos et les fessiers);
  • corriger les postures.

De plus, des alternatives vous seront proposées, afin de vous aider à rester actif tout au long de votre guérison. Ainsi, le physiothérapeute pourra vous prodiguer des conseils utiles et vous prescrire des exercices pour que vos mouvements et postures du quotidien soient appropriés, de manière à diminuer vos symptômes. Ces conseils seront également précieux dans un objectif préventif, afin de réduire les risques de récidive.

La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, d’analgésiques et parfois de relaxants musculaires prescrits par un médecin peut également diminuer temporairement votre douleur. Il en va de même pour une infiltration de corticostéroïdes au niveau de la racine nerveuse sensibilisée (infiltration qu’on appelait auparavant “épidurale”, désormais appelé “bloc foraminal”)

Voici quelques conseils concernant la posture, si vous souffrez d’une sciatalgie:

Portez une attention particulière au fait de vous tenir le dos droit, autant en position debout que assise. La posture assise est particulièrement difficile pour les personnes souffrant d’une sciatalgie.

Il est donc recommandé d’éviter la position assise de façon prolongée, les postes de travail assis-debout qui vous permettent d’alterner vos positions sont donc à privilégier. Lorsque la position assise est nécessaire, il est mieux d’avoir le dos bien appuyé avec un appuie lombaire, les pieds posés au sol et éviter de se croiser les jambes.

Il est aussi important d’éviter une posture assise avec les jambes allongées devant soi (par exemple, il est préférable d’éviter de s’asseoir avec les pieds surélevés et appuyer sur un repose-pieds/ “pouf”), car cela crée un étirement de votre nerf sciatique et pourrait le sensibiliser davantage.

Ces quelques changements posturaux, même s’ils peuvent vous sembler minimes, pourraient faire une grande différence.

Exercices: comment soulager le nerf sciatique?

La douleur peut malheureusement faire peur et avoir un effet négatif sur votre motivation à poursuivre vos activités physiques. Sachez que même en étant au prise avec une sciatalgie, il est recommandé de continuer à bouger régulièrement.

Il est suggéré de pratiquer un sport qui n’augmente pas vos douleurs (pendant ou après le sport), afin de rester actif et favoriser une bonne guérison. Les bienfaits des exercices sont autant pour votre santé générale, que pour conserver votre musculature et votre mobilité. 

Votre physiothérapeute, suite à l’évaluation de votre condition, adaptera un plan d’exercices personnalisé pour vous. Un exercice aérobie qui respecte votre condition et vos intérêts vous sera très probablement prescrit dans votre plan d’exercices. Voici quelques exemples d’exercices aérobie fréquemment utilisés pour aider à traiter une sciatalgie: marche, elliptique, natation, ski de fond.

Quand consulter?

Si vous ressentez des symptômes ressemblant à ceux décrits dans les paragraphes précédents et que vous craignez souffrir d’une sciatalgie, n’hésitez pas à prendre rendez-vous en physiothérapie. Nos physiothérapeutes sauront vous proposer un plan d’intervention qui vous conviendra. 

Un plan de traitement complet qui incluera certains exercices aérobies, des techniques de thérapie manuelles, l’utilisation de la technique avec aiguilles sèches (si nécessaire), des exercices de renforcement et des conseils sur vos postures. Votre physiothérapeute mettra son expertise à votre service, afin de vous permettre de poursuivre vos activités et vos sports.

 

 


Articles similaires