Recherche
Menu

Pédaler en musique : quelle influence la musique a t-elle sur votre performance?


La musique a-t-elle une influence sur la performance

Pendant l’hiver, vous êtes contraint de pédaler dans votre sous sol ou en centre d’entraînement. Vous écoutez de la musique en pédalant afin de garder le rythme ainsi que la motivation? Vous êtes-vous déjà demandé si la musique avait une influence sur votre performance ?

 

La musique a t-elle une influence significative sur la performance à vélo?

On sait que s’entraîner en groupe permet de mieux performer (5), mais quel rôle joue la musique lors de vos séances d’entraînement?

Une grande majorité de cyclistes a pour habitude de pédaler avec de la musique durant l’hiver. Parfois en mode aléatoire, parfois à tempo synchronisé.

Or, bien plus qu’un simple plaisir, la musique a la faculté de stimuler plus d’énergie et d’augmenter la motivation du cycliste à pédaler plus longtemps ou plus intensément, dépendamment de son rythme. Elle peut également donner l’impression que l’on ressent moins l’effort et donc améliorer l’endurance.

 

Pourquoi synchroniser le rythme de la musique à votre nombre de rotations par minute (RPM)?

Saviez-vous que même le RPM est influencé par le tempo de la musique? En effet, des études ont démontrées que le cerveau a tendance à se synchroniser avec son environnement (4). Ainsi, la musique à tempo bas est plus susceptible de calmer tandis qu’une musique à tempo rapide est plus susceptible d’exciter.

Des chercheurs (1) ont notamment réalisés certains tests afin de pouvoir répondre à la question. Lors de ces tests, ils ont observé la performance des participants lorsqu’ils écoutaient de la musique synchronisée avec leur fréquence de course puis sans musique. Le résultat était clair: 66% des participants tenaient plus longtemps un effort intense après une période de fatigue en écoutant de la musique que lorsqu’ils n’écoutaient pas de musique.

Ce que cela veut dire : pour une même intensité, l’effort nous semble plus facile. Ainsi, on peut écraser les pédales plus longtemps avant de s’avouer vaincu.

 

Quel tempo choisir pour optimiser sa performance ?

Une autre étude (3) tente d’expliquer la performance lors de la variation de rythme musical durant un effort progressif. En déduction, il est recommandé d’écouter de la musique au tempo lent durant la portion facile-modérée et changer pour du tempo rapide lorsque cela devient difficile. Les participants aiment s’entrainer quand le rythme est rapide puisqu’ils peuvent penser à autre chose que leurs jambes qui piquent.

 

La musique apporte un peu plus de motivation pendant l’effort et permet d’augmenter l’endurance du cycliste. L’effet est positif sur des sprints répétés (2) et un effort jusqu’à épuisement (1). Le rythme rapide est le plus efficace et a pour faculté d’augmenter la cadence de pédalage.

Et vous, quelle chanson vous fait pousser le plus de watts?

Nicolas Audet, kinésiologue

 

 

 

 

 

Sources:

1-Nikol, L., Kuan, G., Ong, M., Chang, Y. K., & Terry, P. C. (2018). The heat is on: effects of synchronous music on psychophysiological parameters and running performance in hot and humid conditions. Frontiers in psychology, 9, 1114.

2-Stork, M. J., Kwan, M. Y., Gibala, M. J., & Martin, K. G. (2015). Music enhances performance and perceived enjoyment of sprint interval exercise. Medicine and science in sports and exercise, 47(5), 1052-1060.

3-Szabo, A., Small, A., & Leigh, M. (1999). The effects of slow-and fast-rhythm classical music on progressive cycling to voluntary physical exhaustion. Journal of sports medicine and physical fitness, 39(3), 220.

4-Terry, P. C., & Karageorghis, C. I. (2006). Psychophysical effects of music in sport and exercise: An update on theory, research and application. In Proceedings of the 2006 Joint Conference of the Australian Psychological Society and New Zealand Psychological Society (pp. 415-419). Australian Psychological Society.

5-Williams, E. L., Jones, H. S., Sparks, S. A., Marchant, D. C., Midgley, A. W., & Mc Naughton, L. R. (2015). Competitor presence reduces internal attentional focus and improves 16.1 km cycling time trial performance. Journal of Science and Medicine in Sport, 18(4), 486-491.


Articles similaires